Depuis plusieurs semaines, les salarié(e)s des entreprises de pétroles sont en grève pour récupérer la valeur ajoutée qu’ils ont produit durant l’année. Le fruit du travail des salarié(e)s que leurs patrons se sont accaparés à leur profit et à celui des actionnaires doit revenir légitimement à ceux qui l’ont produit à savoir les salarié(e)s.
Dans toutes les entreprises des mesures en dessous de l’inflation.
Partout la musique est la même. Alors que tous les salarié(e)s de France subissent une inflation qui écrase notre quotidien, les directions d’entreprises refusent d’augmenter les salaires à hauteur de l’inflation.
Celles-ci proposent bien moins, comme à Air France, qui propose moins de la moitié de l’inflation prévu.
Les primes ont la faveur des directions d’entreprises, à l’exemple de la prime « macron » du fait qu’elle soit sans cotisation et sans fiscalité. Ces primes ne peuvent résoudre les difficultés financières des salarié(e)s de façon pérenne. Il est temps d’obtenir satisfaction de nos besoins !
Loi Diard/Réquisition : une atteinte au droit de grève !
Dans les transports et à Air France nous subissons la loi Diard, un frein au droit de grève. Chez les pétroliers, le gouvernement, comme en 2010, a opéré des réquisitions
à l’encontre des grévistes.
Elles ont été condamnées par l’organisation internationale du travail. La CGT a d’ores et déjà déposé un référé pour faire tomber les réquisitions.
 
Ces attaques de la part du gouvernement au service du MEDEF et donc du capital contre le droit de grève révèle leur fébrilité et leur volonté de s’accaparer les richesses
que nous avons créée.
La CGT/UGICT Air France condamne les agissements du gouvernement à l’encontre des grévistes et du droit de grève.
Nous apportons tout son soutien à tous ceux qui luttent pour reprendre la main sur leur outil de travail et ainsi décider de la répartition de la valeur ajoutée.
Pour une généralisation de la grève pour les salaires !
Total, Exxon, Daher, Stellantis, ATS, les centrales nucléaires, Safran, Sabena Technics, Renault, Lubrizol, etc. voici une liste non exhaustive des entreprises où les salarié(e)s sont en grève pour des augmentations de salaires. Pour cet appel national à la grève du 18 octobre 2022, les cheminots, la fonction publique, l’agroalimentaire, les transports et toutes les entreprises en luttes actuellement seront parties prenantes de cet appel.
Le gouvernement fait des appels du pied au patronat pour augmenter les salaires. Ce contexte fait valoir que nous avons une opportunité conséquente d’établir un
rapport de force permettant d’obtenir satisfaction de nos besoins.
Ensemble nous pouvons aller chercher une augmentation à la hauteur de l’inflation soit 10% !
La CGT/UGICT Air France appelle les salarié(e)s de la compagnie à participer aux manifestations et rassemblements organisés partout dans le pays à l’appel de la CGT. PN et PS ensemble en grève le 18 octobre, Pensez à remplir vos formulaires LOI DIARD au plus tard avant de 15 octobre 23h59

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.