Nouveau FAQ actualisé pour juin et juillet – En savoir plus

CSEC DU 18 JUIN  – En savoir plus

E-mail de l’UGICT : ugictpncnord@free.fr

Air conditionné et Covid : attention aux risques de transmission aérienne

 

Etats-Unis – En été, le recours à l’air conditionné est habituel aux Etats-Unis, de plus en plus dans les usages en France. Mais l’air conditionné peut-il jouer un rôle dans la dissémination du virus SARS-CoV-2 dans les lieux clos ? Une question qui se pose au moment où l’OMS vient de reconnaître que de nouvelles preuves confirment le potentiel de transmission aérienne du nouveau coronavirus.

Des preuves émergentes de la transmission aérienne

Dans une lettre ouverte publiée le 6 juillet dans le journal Clinical Infectious Diseases[1], plus de 230 scientifiques du monde entier demandent instamment aux autorités nationales et internationales, et notamment à l’OMS, de reconnaître cette transmission aérienne.

« Nous bousculons [les autorités] car nous avons besoins de donner un message très clair et cohérent au monde », explique la Pr Shelly Miller (University of Colorado, Boulder, Etats-Unis), une des initiatrices de cette publication. «Ce virus est présent dans l’atmosphère, vous pouvez l’attraper en l’inhalant », dit-elle.

 

La chercheuse, qui travaille sur la qualité de l’air intérieur, et d’autres aérobiologistes spécialisés dans la dissémination des maladies par l’air, considèrent que l’OMS et les autres agences de santé publique n’ont pas réalisé l’étendue du problème de la transmission aérienne .

« Selon nos évaluations, les échantillonnages d’air et les études sur les modèles animaux, nous avons des preuves que la transmission aérienne existe tout comme la transmission par contact. Donc nous devons avoir des recommandations claires pour affronter cela », indique la Pr Shelly.

Mise au point de l’OMS

Le lendemain de la publication de la lettre, l’OMS a organisé une conférence de presse au cours de laquelle Benedetta Allegranzi, responsable technique de l’OMS pour la prévention et le contrôle des infections, a expliqué la position de l’agence internationale[2]. « Nous reconnaissons que des preuves émergent dans ce domaine, comme dans d’autres domaines concernant le virus de la COVID-19 et la pandémie. Par conséquent, nous devons être ouverts à cette possibilité et comprendre ses implications pour le mode de transmission et les précautions qui doivent être prises».

Selon elle, la possibilité d’une transmission aérienne dans les lieux publics ne peut être exclue, « en particulier dans des conditions très spécifiques, comme les endroits surpeuplés, fermés, mal ventilés ». Cependant, a-t-elle souligné, « les preuves doivent être rassemblées et interprétées, ce que nous continuons à encourager »

Cela dit, les nouvelles recommandations conseillent d’éviter les rassemblements et de s’assurer de la bonne ventilation des bâtiments, en plus de la distanciation sociale. Elles incitent aussi au port du masque quand la distanciation physique n’est pas possible.

« C’est un pas dans la bonne direction, mais un petit pas. Cela est maintenant évident que la pandémie est accélérée par des événements ”super contaminants” ». Et la meilleure explication, c’est la transmission par aérosol », explique le chimiste Jose Jimenez ( Université du Colorado, Etats-Unis), signataire de la lettre ouverte.

Les climatiseurs dans le collimateur

Le fonctionnement même des climatiseurs est à interroger. Quand les températures extérieures sont extrêmes, les systèmes HVAC (climatisation – chauffage – ventilation) ajustent le mélange d’air frais pour ne pas trop utiliser d’énergie. En d’autres termes, plus il fait chaud dehors, plus l’air intérieur va recirculer. Cela signifie que « vous respirez un plus grand pourcentage d’air exhalé par d’autres personnes », indique le Pr Edward Nardell ( Harvard’s T.H. Chan School of Public Health, Etats-Unis). Donc si quelqu’un dans l’immeuble a le Sars-CoV-2, il est vraisemblable que le nouveau virus se retrouve dans l’air recirculant.

Cessation totale de toute activité de la compagnie BUS DIRECT - ex BUS AIR FRANCE. ( dépôt de bilan ) ( Cie qui s'occupait des lignes CDG-ORY ; ORY/CDG-PAR Montparnasse, Invalides, Maillot , Etoile, Gare de Lyon )

Actuellement il n'y a rien de prévu en remplacement de ces navettes pour lesquelles des bons étaient émis dans certains cas pour nos passagers. (notamment de et vers les vols Antilles ) 

Pour rappel : la gratuité accordée à certains clients ne s'applique plus.
Cessation totale de toute activité de la compagnie BUS DIRECT - ex BUS AIR FRANCE. ( dépôt de bilan ) ( Cie qui s'occupait des lignes CDG-ORY ; ORY/CDG-PAR Montparnasse, Invalides, Maillot , Etoile, Gare de Lyon )

Actuellement il n'y a rien de prévu en remplacement de ces navettes pour lesquelles des bons étaient émis dans certains cas pour nos passagers. (notamment de et vers les vols Antilles ) 
Pour rappel : la gratuité accordée à certains clients ne s'applique plus.